Pourquoi sérieusement écouter tes émotions si tu cherches ta voie professionnelle

Dans cet article, je vais te proposer une piste qui m’a beaucoup aidé à découvrir ma voie professionnelle et à vivre une vie professionnelle réellement épanouissante : avoir le courage d’aller à la rencontre de mes émotions pour les vivre et écouter leur message.

Et je dis « avoir le courage » car en générale, c’est plutôt quelques choses qu’on évite.

Personnes ne nous a jamais appris comment faire pour écouter ses émotions, on nous a même généralement appris le contraire.

Notre société a peur des émotions, et particulièrement des émotions « désagréables » comme la colère, la tristesse ou la peur. Enfant, on essaye souvent de nous faire croire qu’on peut switcher de la tristesse à la joie à coup de baguette magique : « n’y penses plus », « ça va passer », « ne soit pas triste ».

C’est assez frappant dans le dessin-animé « La Belle & la Bête » : l’héroïne perd son père et est emprisonnée à vie dans un château avec une bête colérique… De quoi être traumatisée pour les années à venir. Et qu’est-ce qu’on lui dit le soir même ? Ne soit pas triste car « c’est la fête, c’est la fête, c’est la fête ! ».

Tout cela pour dire qu’écouter ses émotions, ce n’est pas toujours facile et cela s’apprend.

Mais que c’est réellement important, car elles t’informent sur ce dont tu as besoin pour te sentir bien. Finalement, une émotion, ce n’est qu’un message à écouter.

Et une fois qu’on commence à vraiment écouter nos émotions, elles agissent comme une boussole intérieur. Elles te guident vers ce qui est bon pour toi et peuvent plus spécifiquement t’aider à trouver ta voie professionnelle !

C’est pourquoi dans cet article, je vais détailler le message principal de chaque émotion, pour que tu puisses plus facilement les écouter et les utiliser.

Je te partagerai également ce que ces émotions veulent dire dans le contexte professionnel, et comment elles peuvent t’aider à vivre une vie professionnelle épanouissante.

 

Colère : « non mais pour qui il se prend celui-ci-là ? »

Est-ce que tu ressens une certaine frustration par rapport à ton travail ? Tes collègues ? Ton patron ? Les tâches qu’on te demande de faire ?

Est-ce que certains reproches, toujours les mêmes, tournent en bouclent dans ta tête ?

Est-ce qu’un petit rien peut t’énerver sur ton lieu de travail ?

Toutes ces petites phrases, toute cette frustration, reproches et culpabilité sont en fait des émotions liées à la colère.

Et à ton avis… quel est le message derrière la colère ?

La colère est une émotion très utile, car elle vient t’informer que quelque part, d’une manière ou d’un autre, tu n’es pas respecté dans la situation qui te met en colère.

Si ton environnement de travail à l’art de te mettre en colère, de t’énerver, cela peut être très intéressant de te poser cette question : de quelle manière tu ne te sens pas respecté dans ton travail ?

Et une manière de ne pas être complètement respecté dans ton travail c’est… de te forcer à rester dans un emploi qui ne te correspond pas ! C’est une forme d’irrespect envers toi-même.

Cela m’a pris longtemps à l’accepter, mais la colère diriger contre les autres est parfois un symptôme d’une colère plus profonde, contre soi-même, car on reste dans une situation qui ne nous convient pas.

Je me souviens comme dans mon précédent emploi, j’étais remplie d’aigreur et de jugements envers mes collègues. Je n’arrêtais pas de ressasser des reproches dans ma tête… Et je me culpabilisais d’être comme cela. Mais dès que j’ai annoncé ma démission, toutes cette colère s’est envolée, comme par magie et je me sentais en paix parmi eux ! C’est là que j’ai réalisé que ce n’était pas vraiment mes collègues qui me mettait en colère, mais me forcer à rester dans un environnement de travail qui ne me correspondait pas.

Ainsi, une colère latente, une « mauvais humeur », peut être un signe de ton corps que tu n’es pas à ta place dans ton travail actuel. C’est un peu comme s’il te disait « y en a marre, ça, je n’en veux plus ! ».

Et ce qu’il faut savoir avec la colère, c’est que sa fonction animale est de mobiliser suffisamment d’énergie pour « défendre ton territoire » et te faire faire respecter. La colère est donc une émotion dans laquelle il y va y avoir beaucoup d’énergie. Et cette énergie, tu peux l’utiliser pour te donner l’impulsion dont tu as besoin pour changer de vie professionnelle.

La colère vient te dire « il est temps de passer à l’action ! » et te donne l’énergie nécessaire pour justement passer à l’action !

 

La tristesse : « Pffff à quoi bon de toute manière ? »

À l’inverse de la colère, la tristesse va être accompagnée d’une forme de fatigue, d’une baisse d’énergie, avec parfois une envie de ne rien faire.

Et cette baisse d’énergie à une raison bien précise, car le besoin derrière la tristesse c’est de prendre soin de toi, de t’occuper de tes besoins.

La tristesse invite à un retour à soi. D’où parfois un besoin d’être seul. Et c’est justement, dans ce moment de retour soit que peuvent émerger déclics et prises de conscience.

La tristesse t’invite à l’introspection pour répondre à cette question : « finalement, de quoi est-ce que j’ai besoin, moi ? »

Si tu ressens une certaine tristesse par rapport à ta vie professionnelle, une légère déprime en arrière fond, une amertume qui vient ternir ce que tu vis, ou encore une fatigue et une baisse d’énergie au quotidien, la meilleure chose à faire, c’est de t’accorder un moment de repos pour prendre soin de toi.

C’est aussi de t’autoriser à vivre cette tristesse et à aller plonger dedans. Cela peut faire peur car on n’a pas l’habitude d’écouter nos émotions dans notre société, mais comme je l’ai dit plus haut, une émotion est un message qui a besoin d’être entendu. Et ce qui ne s’exprime pas s’imprime.

Et quel risque y a-t-il à t’isoler pour te laisser pleurer un bon coup ? C’est parfois tout ce dont on a besoin, et cela fait vraiment du bien ! C’est comme un nettoyage à l’intérieur de toi.

Le piège à éviter dans la tristesse… C’est d’en avoir peur et de l’éviter !

C’est-à-dire de remplir ton agenda au maximum pour ne surtout pas te laisser un moment sans rien faire, où tu pourrais risquer de ressentir cette tristesse…

C’est la meilleure manière de t’épuiser sur le long terme, parce que la tristesse t’invite justement à ralentir ton rythme et à t’accorder des moments de vraies pauses.

 

Peur : « heu… vraiment sûre ? Je suis pas trop chaud là… »

L’utilité de la peur, c’est de te protéger en te mettant en garde d’un danger potentiel. Je détaillerai moins cette émotion, car j’ai déjà écrit deux articles à ce sujet :

« Le stress et la peur du risque, comment sortir du piège ? » et « L’erreur numéro 1 qui fait que tu ne trouves pas ta vocation »

En fait, dans un changement de vie professionnelle, la peur vient poser la question de « comment est-ce que je vais faire « sans » ? » « Qu’est-ce qui va se passer ? ».

La peur te permet de ne pas foncer tête baissé et de prendre tes précautions dans le changement. Seulement, elle peut être aussi paralysante et t’empêcher de passer à l’action.

La meilleure manière de ne pas la laisser te paralyser, et bien c’est simplement de l’écouter en répondant aux questions qu’elle soulève.

Effectivement, qu’est-ce qui va se passer « sans » ce travail qui ne te plait pas ?

Quel est le pire qui puisse arriver ?

Quelle est la probabilité que cela arrive ?

Qu’est-ce que tu peux mettre en place pour éviter que ce que tu redoutes arrive ?

La clé avec la peur, c’est de rassurer la partie de toi qui a besoin d’être rassurée, et d’éventuellement prendre les mesures pour assurer tes arrières… Puis de passer à l’action !

 

La joie : « On y va ? On y va ? On y va ? »

À votre avis… c’est quoi le message derrière la joie ?

Oui parce qu’on se focalise souvent sur les émotions désagréables… Mais se pencher sur les émotions agréables peut-être très enrichissant aussi.

Souvent, dans la joie, on ne va pas trop réfléchir et vivre au maximum ce qu’on est en train de vivre. La joie va créer une énergie haute d’expansion et de partage. On va ressentir de l’enthousiasme.

Et qu’est-ce que l’enthousiasme ? Une montée d’énergie pour aller vers ce qui a créé cet enthousiasme… En fait, c’est ça le message de la joie : « PLUS DE ».

PLUS DE l’élément qui a créé cette joie.

Et la clé pour trouver ta voie professionnelle est là.

Car finalement, c’est quoi un travail épanouissant ? C’est simplement travail qui t’apporte de la joie et de l’enthousiasme. D’ailleurs c’est la définition que donne la plupart des personnes qui viennent me voir en coaching.

Alors dans ces moments de joie et de bonheur, la question qui va pouvoir t’aider à trouver ta voie professionnelle c’est : « Plus de » quoi exactement ?

Car comme pour les autres émotions, la joie n’est pas toujours facile à écouter. Par peur du regard des autres, on peut parfois se sentir bête ou ridicule d’apprécier tel ou tel élément, ou encore se forcer à apprécier des choses qui ne nous correspondent pas vraiment.

C’est pour cela qu’il est parfois si difficile de trouver un travail réellement intéressant !

Se reconnecter à des moments de joie sincère pour comprendre ce qui les a créés pourra agir comme une boussole pour t’indiquer ce dont tu as besoin pour te sentir épanouis. C’est d’ailleurs un des points de départ de mon programme de coaching Révèle-Toi.

 

Tout ce que tu as besoin de savoir est déjà en toi !

Comme tu l’auras remarqué, pour chaque émotion, la clé c’est de l’écouter. D’accepter de vivre ce qui se passe en toi, et de comprendre le message derrière ton émotion. L’astuce, c’est de te demander en quoi c’est utile de ressentir ce que tu ressens, lorsque tu vis une émotion.

Ainsi, la tristesse comme la colère viennent toutes les deux t’informer qu’un de tes besoins ou qu’une de tes valeurs n’est pas respecté.

Les deux peuvent venir te dire que tu n’es pas à ta place dans ton travail, mais l’énergie de ces deux émotions est très différente.

La colère va plutôt t’inviter à passer à l’action, à changer ce qui a besoin d’être changé. Alors que la tristesse va t’inviter à ralentir, à freiner l’action, pour permettre un processus d’introspection.

Quelle est l’émotion qui prédomine pour toi en ce moment dans ta vie professionnelle ?

Plutôt des reproches et des jugements qui tournent dans ta tête (colère) ? Ou de la fatigue et une envie de tout laisser tomber (tristesse) ? Voir les deux en même temps ?

À ton avis, qu’est-ce que ce sentiment vient te donner comme informations ? En quoi est-ce utile de ressentir ce que tu ressens ?

Et est-ce que derrière cette émotion, s’en cache une autre, plus subtile, dont tu as vraiment du mal à écouter le message ?

Par exemple dans mon ancien travail, j’étais souvent assez stressée par mes tâches… Mais si je prenais le temps de creuser derrière ce stress, il y avait en fait de la tristesse de rester là. Et comme j’avais beaucoup de mal à écouter cette tristesse, elle se manifestait sous forme de stress…

Commencer à écouter ses émotions et leur message, c’est réellement une clé pour s’accepter soi-même et vivre une vie en adéquation avec qui tu es.

Tes émotions sont des guides magnifiques pour te montrer le chemin et trouver ta voie professionnelle… Seras-tu les écouter ?

Tout ce que tu as besoin de savoir est déjà à l’intérieur de toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *