Trois bonnes raisons de quitter ton emploi si tu t’ennuies ferme à ton boulot !

« Encore un matin, un matin pour rien ! » Nous chantait Goldman…

Et c’est vrai que s’il y a bien un moment où c’est vraiment difficile quand on n’aime pas son travail, c’est bien celui où notre réveil se met à sonner.

« Mais pourquoi je me lève, moi en fait ? » Pas facile de trouver de la motivation quand on ne sait pas répondre à cette question.

Mais franchement…. Pourquoi tu te lèves ? Pourquoi passer 8h par jour, 5 jours sur 7 à croupir sur cette chaise de bureau ? À avoir l’impression de passer à côté de ta vie ? Honnêtement, à un moment donné, j’en étais arrivé à me poser cette question tous les matins. Et ça s’enchaînait la journée au travail avec les « mais qu’est-ce que je fais là moi ? ». Et le soir rentré chez moi, j’étais trop épuisée pour vraiment profiter de ce peu de temps que j’avais pour moi.

Qu’est-ce que c’est désagréable de trouver à ce point sa vie absurde et vide de sens.

Mais tu sais, tu n’es pas obligé de rester là. Tu es toujours libre de partir. On a même cette chance d’être dans un pays et à une époque où on est vraiment libre de pouvoir faire ce genre de choix. Et d’ailleurs, il y a plein de possibilités pour améliorer ta situation, sans devoir forcément démissionner. Dans ce guide gratuit, je t’aide à trouver quel changement tu peux mettre en place pour te sentir mieux dans ta vie professionnelle.

Dans cet article, je vais donc te partager 3 bonnes raisons de quitter ton travail si vraiment, tu t’ennuies ferme dans ce que tu fais.

Le but de cet article n’est évidemment pas que tu démissionnes demain ! Le but de cet article est plutôt de t’aider dans ta réflexion et dans ta prise de décision.

Parce que quitter son travail, ça a des conséquences. Je le sais pour avoir moi-même démissionné. Mais pour avoir démissionné justement, je sais aussi que rester dans un emploi que tu détestes a aussi des conséquences. En fait, rester dans un travail que tu n’aimes pas est un des plus gros freins à… trouver un travail que tu te plais vraiment ! Et ci-dessous, je vais t’expliquer pourquoi.

1) Plus tu restes, plus tu te construis une carrière qui ne te correspond pas.

La première bonne raison, c’est que plus tu restes dans un travail où tu t’ennuies, et plus tu prends de l’expérience dans quelque chose qui ne te correspond pas.

On se dit souvent que « il faut », rester minimum « X » années parce que sinon « ça ne le fait pas ». On se dit qu’on doit montrer qu’on a de l’expérience pour pouvoir plus facilement trouver notre prochain emploi.

Et c’est sûr que les recruteurs aiment bien les candidats qui ont de l’expérience… Mais pour avoir été dans le recrutement, ce que les recruteurs recherchent, ce n’est pas « de l’expérience en général », mais bien telle expérience précise dans tel domaine, et dans tel type de fonction.

Plus tu restes dans un travail qui te ne correspond pas, et plus tu as de chance qu’on veuille te recruter pour le même type de poste que celui que tu détestes.

Ainsi, rester dans une fonction que tu n’aimes pas « pour le CV » est en fait une fausse bonne raison. C’est même plutôt l’inverse.

Comment faire ? Plutôt que de te dire que tu vas encore mordre sur ta chique pendant un an « pour le CV », commence plutôt à réfléchir à ce que tu aimes et ce que tu aimes moins dans ton poste. Demandes-toi à quoi pourraient correspondre des fonctions qui ont plus de « ce que tu aimes ». Et commence à chercher quelques choses dans ce sens-là.

2) C’est très difficile de chercher un autre travail en même temps

Le problème, c’est que faire un travail qui ne nous correspond pas nous épuise moralement.

Quand tu fais quelque chose que tu aimes faire, souvent, tu es plus concentré sur ta tâche, tu peux la faire des heures sans t’arrêter. Tu en ressors même parfois avec plus d’énergie. Et si ça te fatigue, tu sens que c’est une fatigue saine.

À l’inverse, quand tu fais quelques choses qui ne te correspondent pas, c’est un peu comme si tu luttais contre toi-même. Et c’est épuisant de lutter. Comme ce que tu fais n’est pas vraiment naturel pour toi, cela te demande plus de concentration, plus de réflexion. Et à la longue, ça épuise, C’est un peu comme nager à contre-courant.

Le problème, c’est que chercher du travail, cela demande du temps et de l’énergie. Et toi, de l’énergie, tu n’en as plus. Tes week-ends et tes soirées, tu en as vraiment besoin pour te ressourcer !

Le risque, c’est que cela devienne un cercle vicieux où tu t’épuises de plus en plus. Et où tu te sentes de plus en plus coincé dans la situation. Car tu n’as plus l’énergie de chercher quelque chose de vraiment aligné avec toi-même.

De plus, j’ai vu plusieurs personnes tirer sur la corde dans un travail qui ne leur correspondait pas, jusqu’à ne vraiment plus en pouvoir. Le souci c’est qu’une fois arrivé à ce point, ils étaient prêts à prendre n’importe quel autre emploi pour s’enfuir au plus vite de là où ils étaient. Et au bout de quelques mois, tout recommençait. Car ils n’avaient pas pris le temps de réfléchir à ce qui pourrait vraiment leur plaire.

Alors mon conseil, si ton travail ne te plait pas, n’attend pas de ne plus en pouvoir pour chercher autre chose. Ne te dis pas « je verrai dans 6 mois », parce que dans 6 mois, tu auras probablement encore moins d’énergie. Si vraiment tu sens que tu as été trop loin, tu peux prendre des vacances où après, t’être reposé, tu prends le temps de vraiment te poser la question de ce que tu veux faire.

3) Ça t’empêche de savoir ce que tu veux vraiment

Cet épuisement vient aussi du fait qu’en plus de lutter contre toi-même… Tu luttes contre la situation !

Tu sais, ces toutes ces petites voix dans ta tête qui te disent de partir. Toutes ces fois où tu te dis « mais qu’est-ce que je fais là ? », « Vivement vendredi… », « J’en ai marre », « Je ne veux pas ça de ma vie »…

Le problème c’est que nos pensées créent notre réalité. Plus on pense à quelque chose, et plus cela s’amplifie pour nous. Si tu n’arrêtes pas de penser à ce travail que tu détestes, tu vas de plus en plus te sentir déprimé.

Or, trouver un travail qui nous correspond vraiment demande un moment d’introspection où tu te laisses rêver. Où tu te laisses avoir confiance en toi et en la vie. Où tu poses ton attention sur tes dons, sur ce que tu veux apporter au monde… Et ça, c’est franchement difficile quand on broie du noir au quotidien.

Alors bien sûr, tu pourras trouver plein de livres et de vidéos qui te disent comment maîtriser tes pensées. Mais si elles sont là, ce n’est pas pour rien. Elles viennent te dire quelque chose.

Parfois, c’est tellement libérateur de quitter une situation qui ne nous convient pas, que ça nous redonne un boost d’énergie qui nous permet justement de faire cette introspection !

Je me souviens que je me sentais complètement perdue quand j’étais dans mon premier travail. Et après avoir démissionné, en 2 semaines j’avais réussi à fixer ce que je voulais faire de ma vie. Bien sûr, ça c’était construit sur tout le travail et les formations que j’avais faits avant. Mais j’ai eu besoin de libérer ce temps et cette énergie en quittant mon travail pour pouvoir faire fleurir toutes ces petites graines que j’avais plantées.

Conclusion : Pour t’aimer et te respecter, tout simplement !

Rester dans un travail qui nous crée du mal être au quotidien, c’est d’une certaine manière, se manquer de respect envers soi-même. Manquer d’amour envers la personne que l’on est.

Dans notre société, avoir un travail à moitié satisfaisant est encore considéré comme normal, alors on peut avoir du mal au début à le voir comme un manque d’amour de soi. Mais un travail à temps plein, honnêtement, ça prend quasi tout notre temps… Si ton travail est à moitié satisfaisant, cela veut dire que la majorité de ton temps, tu le passes à vivre à moitié.

C’est sûr que ce que je te dis peut te paraître un peu bizarre, voir même un peu confrontant. Mais regarde un peu la situation comme s’il s’agissait de ton meilleur ami… Ça te ferait mal au cœur de le voir souffrir, non ? Quels conseils lui donnerais-tu ? De rester là sans rien faire ? Probablement pas. Probablement que tu essayerais de trouver plein d’idées pour l’aider…

Et si tu commençais à agir envers toi-même comme si tu étais ton meilleur ami ? Parce qu’en restant, c’est un peu comme si tu t’infligeais à toi-même ce mal-être. Combien de temps tu vas encore supporter ça ?

Bien sûr, on peut parfois vraiment se sentir coincé. Mais même si tu ne peux pas démissionner demain, tu peux au moins commencer à chercher des solutions pour te sentir mieux. Qu’est-ce qui est aujourd’hui sous ton contrôle ?

Et la première solution que tu peux facilement mettre en place maintenant, c’est de simplement t’envoyer de l’amour et de te dire que oui, tu mérites de vivre ta vie pleinement. Que oui, tu mérites de vivre d’un travail qui t’épanouis. Que non, ce n’est pas normal de vivre à moitié.

Quitter un travail dans lequel on se sent vraiment mal, c’est aussi s’envoyer un message d’amour envers soi-même. C’est décider de s’aimer tel que l’on est. C’est décider qu’on ne veut plus s’infliger de telle situation. Et ça, c’est un message vraiment fort que tu t’envoies, si tu le fais en conscience, et qui peut changer ta vie.

Alors bien sûr, je ne dis pas que c’est facile. Je ne dis pas non plus que tu dois démissionner demain. Mais n’attend pas le dernier moment, car plus tu vas attendre, et plus cela va être difficile. Commence dès aujourd’hui par te demander comment tu peux construire un projet professionnel vraiment épanouissant.

Parce que oui, se lancer dans l’inconnu, quitter une situation sécurisante, affronter le regard des autres, prendre du temps pour vraiment introspecter, c’est inconfortable… Mais te lever tous les matins pour un travail que tu n’aimes pas, c’est inconfortable aussi ! Sauf que dans un cas, tu te donnes la possibilité de changer ta situation, et dans l’autre non.

Marie-Aline,

Coache de vie spécialisée en orientation professionnelle. Fondatrice de Rêves-elle-toi.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.