Est-ce le bon moment pour changer de vie professionnelle ? 5 indices pour t’aider à y voir plus clair !

Changer d’orientation professionnelle ou changer d’entreprise, cela fait peur et c’est normal. Souvent, on a envie de changer… mais on a du mal à savoir si c’est le bon moment.

Certaines personnes que je coach ne se plaisent pas là où elles sont mais qui restent pour leur CV, car elles ont peur d’être pénalisée sur le marché de l’emploi si elles partent trop tôt.

Si d’une certaine manière, cela peut être vrai, honnêtement, en tant qu’ancienne recruteuse je peux vous le dire, la plupart des personnes exagèrent toujours le temps qu’elles pensent devoir rester au même endroit.  Et puis souvent, une personne qui est à son travail depuis 1 an pensera qu’il faut absolument rester 2 ans… et celle qui y est depuis 2 ans pensera qu’elle devra y rester 3 ans, celle depuis 3 ans, 5 ans etc…

De plus, si tu n’aimes pas ce que tu fais, mais reste pour le CV, tu vas prendre de l’expérience dans quelque chose qui ne te plait pas… Et donc construire un CV qui prend de la valeur pour des emplois qui ne te correspondent pas.

Et puis, il y a tel projet au boulot qu’on aimerait bien terminer, le loyer qu’il faudra bien continuer de payer…

Alors, malgré tout cela, comment savoir si c’est le bon moment pour changer de vie professionnelle ? Comment savoir si on se donne des excuses ou si effectivement, ce n’est pas encore le bon moment ?

À travers cet article, je vais te partager 5 indices pour t’aider à savoir si c’est le bon moment pour changer de vie professionnelle.

1 – Ton dialogue intérieur

Tous ces moments où tu te dis « tient, mais qu’est-ce que je fais là moi ? »,  « J’ai envie de me barrer ! » « J’en ai ras-le-bol » « à quoi ça sert tout ça ? »…. Bref, tous ces moments où quelque chose en toi te dit que ça ne va pas et qu’il faudrait changer.

Bon, c’est normal de se poser de temps en temps des questions. C’est même plutôt sain de ne pas rester sur ses acquis et de se demander si on est toujours au bon endroit, ça ne veut pas forcément dire qu’il faut absolument tout changer. Mais tout dépend de l’intensité et de la fréquence à laquelle tu te poses ces questions.

Est-ce que c’est une fois de temps en temps ? Tous les mois ? Toutes les semaines, voire même tous les jours ? Si cette petite voix vient de manière assez régulière (par exemple toutes les semaines), ça vaut la peine de prendre un peu de temps au calme pour écouter ce qu’elle a à te dire.

Maintenant, si tous les jours, plusieurs fois par jour, tu te demandes ce que tu fais là, ça peut être un sérieux indice qu’il est temps de changer de vie professionnelle.

Si ces petites voix viennent vraiment souvent, que tu aimerais te réorienter mais que tu n’as aucune idée de quel type de travail pourrait t’épanouir, je t’invite à télécharger le guide gratuit que j’ai créé pour t’aider à définir ta voie professionnelle. CLIQUE ICI pour le télécharger.

Donc indice numéro 1 : la petite voix. Que vient-elle te dire ? À quelle fréquence ? Avec quelle intensité ? À quel moment en particulier ?

 

2- Les signes du corps :

Ton corps te parle. Même si notre société aimerait bien séparer le corps de l’esprit, ce n’est pas possible. Le cerveau envoie des messages en continus au corps, et vice-versa. Il suffit de regarder la quantité d’hormones produites et échangée au cours d’une journée.

Beaucoup de nos pensées et ressenti restent inconscients, mais des messages sont quand même produits et envoyés au corps. Ainsi, une peur peut se transformer en mal de ventre si on ne l’a pas bien écoutée (tu sais, cette petite nausée avant un examen…).

Si tu es dans un travail qui ne te correspond pas, ton inconscient le sait déjà, mais a du mal à le faire savoir à ton conscient notamment à cause de toutes les peurs mentionnées plus haut. Le corps peut parfois prendre le relais de l’inconscient. Je connais quelqu’un qui avait des nausées tous les matins avant d’aller au travail… Jusqu’à ce qu’elle demande de changer de département ! Et miraculeusement, une fois changé de post, ses nausées ont disparu.

Les messages de ton corps peuvent venir sous forme de douleurs chroniques, des maux de ventre que tu ressens tous les matins, le fait de tomber systématiquement malade (rhume, angine, grippe…).

Un autre indice est si tu ressens une certaine fatigue au quotidien. Comme une sorte de lassitude. Une forte difficulté à te lever le matin…

Un job épanouissant te donne de l’énergie. Si tu te sens épuisé au quotidien alors que tu ne fais rien de particulier pour l’être, c’est un signe qu’il est peut-être temps de changer de vie professionnelle.

Indice numéro 2 : tous ces signaux de ton corps sont autant de messages qu’il est temps de changer quelque chose dans ta vie professionnelle.

 

3 – Ton humeur :

Le fait que tout t’énerve dans ton travail est un autre très bon indice que c’est bientôt le moment de changer de vie professionnelle. Si toutes ces petites choses que tu ne voyais même pas au début t’agacent de plus en plus, c’est un signe que tu es resté trop longtemps au même endroit, ou à faire la même chose.

Par exemple, je me souviens que comme recruteuse, à la fin, je commençais à avoir du mal à supporter mes collègues. Je jugeais intérieurement tout ce qu’ils disaient ou faisaient, et cela me pourrissaient la vie. De plus, j’en rajoutais une couche en me culpabilisant de les juger ainsi.

Mais dès le moment où j’ai annoncé ma démission, j’ai ressenti comme une sorte de lâchée prise, et tout d’un coup, plus rien ne m’énervait. J’arrivais de nouveau à prendre avec humour ce qui avant m’agaçait.

Indice numéro 3 : un rien t’agace sur ton lieu de travail. Tu peux commencer à être très jugeant intérieurement avec tes collègues/tes tâches/ton boss… En particulier si ces choses ne te dérangeaient pas (ou moins) avant.

 

4 – Ce que tu fais n’est pas très fluide

Si c’est vraiment compliqué pour toi, que tu as l’impression que c’est plus fluide pour tes collègues, qu’on doit toujours t’expliquer plusieurs fois la même chose, ça peut être un bon indice qu’il est temps de changer quelque chose dans ton emploi.

Bien sûre, tout peut aussi s’apprendre, mais si tout te parait vraiment compliqué, cela veut dire que tes qualités premières ne sont pas exploitées, et que tu te forces à apprendre quelque chose qui n’est pas naturel pour toi.

Les recruteurs peuvent se tromper. C’est possible d’être pris pour un emploi et de ne vraiment pas avoir les compétences requises (et je sais de quoi je parle, j’ai été mal recrutée pour mon premier emploi de consultante). C’est sûr que ça fait mal à l’ego de se voir incompétent, mais c’est OK. C’est aussi une belle opportunité d’en apprendre sur toi et de mieux te connaître.

Rester dans un emploi pour lequel on n’a pas vraiment  les compétences peut être très néfaste pour la confiance en soi. On peut finir par se trouver nul, incompétent, alors qu’on n’est simplement pas à la bonne place. C’est d’ailleurs pour cela qu’en début d’accompagnement, j’aide mes coachés à découvrir leur talents innés (et on en a tous !!). Cela reboost toujours leur confiance en eux, et c’est une étapes indispensable pour découvrir leur voie professionnelle.

Comme disait Einstein (ou Confucius, j’ai vu les deux 😉 )« un poisson à qui on demande de grimper à un arbre se sentira nul toute sa vie ». Il est temps d’aller cherche un joli étang 😉

Indice numéro 4 : Tu ne te sens pas très doué dans ce que tu fais. Ça parait souvent un peu plus facile et fluide pour tes collègues que pour toi

 

5 – Tu as l’impression de vivre pour le week-end

Enfin, un dernier indice : tu es heureux d’être vendredi et déprimé d’être lundi.

On a un peu tous cette croyance que c’est normal de « travailler dur » la semaine pour s’amuser le week-end. Depuis qu’on est enfant avec l’école, on s’est habitué à cette manière de vivre.

Pourtant, si on y réfléchit vraiment, c’est un peu déprimant non ? Ça veut dire qu’il y a plus de la moitié de notre vie où on ne vit pas pour de vrai.

Si le lundi tu te dis « vivement vendredi », que c’est la déprime puis que tu es super enthousiaste d’être le vendredi, c’est à nouveau un sérieux indice que c’est le bon moment pour changer de vie professionnelle.

Indice numéro 5 : ton énergie est beaucoup plus haute le vendredi que le lundi.

 

Conclusion – Le meilleur moment pour changer… c’est maintenant ?

On entend souvent dans les articles et vidéos de développement personnel que, le meilleur moment pour changer, c’est maintenant.

Personnellement je trouve cela un peu culpabilisant. De plus, mon expérience de vie me montre que ce n’est pas forcément vrai. J’ai dû attendre le bon moment pour changer de vie professionnelle.

C’est sûr que changer de vie professionnelle, cela peut faire vraiment très peur. On a tous des obligations, des loyers à payer, des emprunts à rembourser, peut-être des enfants dont s’occuper… Mais changer d’orientation ne veut pas forcément dire démissionner et tout plaquer du jour au lendemain pour aller vendre des glaces bio sans gluten sur la Grand Place (bon j’exagère un peu exprès 😉 )

J’ai dû attendre le « bon moment », mais ce « bon moment » n’est pas venu tout seul. J’ai dû le préparer.  Changer de vie professionnelle ne se fait pas du jour au lendemain (et heureusement).

« Maintenant », ce n’est peut-être pas le bon moment pour les grandes décisions comme démissionner ou demander une promotion vers ce poste qui t’attire. Mais « maintenant », c’est toujours le bon moment pour faire un premier petit pas : Pour te poser des questions, pour te renseigner, pour prendre une soirée et faire de l’introspection et réfléchir à ce que tu aimes faire, à ce qui te dérange dans ton travail.

Mais une chose est sûre, si tu ne fais rien, rien ne va changer.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.