Vivre sa mission de vie : les 2 principales leçons de Queen !

On a souvent l’impression que le succès arrive « par hasard ». Que les personnes heureuses ont eu de la chance. Que les chanteurs connus étaient « simplement » au bon endroit au bon moment. Que si telle personne a trouvé ce qui lui plaisait, c’est « parce que » il avait ceci ou cela…

Mais quand on commence à se renseigner sur la vie de ces personnes, on se rend compte que ce n’est pas seulement une question de chance. Il y a des clés pour réussir sa vie, pour être heureux.
Par « réussir sa vie », je veux dire vivre une vie qui vous correspond vraiment, une vie où vous êtes réellement épanouis. Je ne parle pas du rêve hollywoodien, mais de réaliser ce qui est important pour vous et vous rend heureux. Et selon moi, moi, une des clés pour être heureux, c’est de faire au jour le jour une activité alignée avec nous-même, avec qui nous sommes et nos valeurs, qui nous donne du sens et qui est réellement utile aux autres. C’est-à-dire, trouver sa mission de vie et pouvoir en vivre.
Mais ce n’est pas toujours facile, surtout au début lorsqu’on ne sait pas très bien ce qui peut nous plaire, ni dans quoi nous sommes doués. Mais nous ne sommes pas seuls. Autour de nous, il y a plein d’exemple de personnes qui ont trouvé leur mission de vie et en vivent. On peut toujours apprendre de leur parcours.
Cette semaine, j’ai eu la chance de visionner le film « Bohemian Rapsody » sur Freddie Mercury, et cela m’a inspiré pour vous délivrer ce message. Dans le film, on peut voir comment Queen arrive à se propulser dans la légende… simplement en étant eux-mêmes ! Avec Queen, on a vraiment un exemple de ce que cela peut donner quand 4 personnes ont trouvé leur mission de vie et se mettent ensemble.
Dans cet article, j’ai envie de vous partager les deux leçons que peut nous apprendre Queen sur comment vivre sa mission de vie.

1. We are the Champion (transformer ses faiblesses en forces)

Saviez-vous que Freddie Mercury avait 4 incisives en trop ? Dans le film on voit bien ses dents qui dépassent et qu’il essaie parfois de cacher.
Pas très glamour pour une rock star non ? D’ailleurs, au début, ça le gênait, il mettait ses mains devant sa bouche lorsqu’il souriait pour cacher ses dents… Mais lorsqu’il est devenu millionnaire, il ne s’est pas fait opérer !
Pourquoi ? Parce que selon lui, c’est ses 4 dents en trop qui lui donnaient sa voix si extraordinaire. Il n’a jamais voulu refaire sa dentition, sa voix était plus importante.
Est-ce que c’est vrai ou non ? Personne ne le sait. Mais ce qui est sûr, c’est que Freddie Mercury aurait pu en faire une faiblesse : en avoir honte et ne pas oser se montrer sur scène, trop complexé par son physique. Queen n’aurait probablement jamais existé.
Mais il a décidé d’en faire une force. De se raconter une histoire qui l’aidait dans la vie : mes dents me permettent d’avoir une voix extraordinaire. Et probablement que plus il croyait en cette histoire, plus il avait confiance en sa voix et pouvait la déployer sur scène.
Il a utilisé exactement qui il était et la mis au service de sa passion : la musique.
La leçon qu’on peut en tirer, c’est que chacune de nos caractéristiques font de nous ce que nous sommes. Nous pouvons en faire des faiblesses : les rejeter, en avoir honte, vouloir être différent, et se construire une vie dans laquelle on essaie de les cacher. Mais ces caractéristiques, quelles soient physiques ou non, que nous les aimons ou non, font partie de nous. C’est ce qui fait que nous sommes uniques, que nous sommes « nous ». C’est ce qui fait que nous pouvons offrir quelques choses d’unique au monde, que personne d’autre que nous ne pourra réaliser, car nous sommes uniques.
Plus nous les acceptons et osons les montrer, les utiliser, plus notre vie nous ressemble, plus nous nous rapprochons de notre mission de vie : la mission que nous sommes venu réaliser sur terre, parce que nous sommes nous, unique.
Souvent, quand on ne se plait pas dans son travail, c’est parce qu’on est dans une activité qui ne nous correspond pas vraiment. Qui n’est pas aligné avec ce que nous sommes, mais qui correspond plutôt à une identité idéalisée qu’on s’est construite. Qui ressemble plus à ce que nous pensons que nos parents, enseignants, amis, société… attendent de nous. Une identité qui ne prend pas en compte ces parties de nous que nous avons du mal à accepter.
Mais comme le disait Laetitia (Le corps, la maison et l’esprit) : « chacune de nos faiblesses devient une force à partir du moment où on les comprend et qu’on les accepte ».
Par exemple, j’ai mis beaucoup de temps à accepter ma grande sensibilité. Je voyais cela comme une faiblesse. Je ne comprenais pas pourquoi je prenais tant les choses à cœur, pourquoi je réagissais si fort. Je m’en voulais d’être aussi sensible, je m’en voulais d’être moi. J’ai rejeté cette partie de moi, mais du coup, je me coupais d’une partie de moi-même. Difficile de trouver un job épanouissant quand on rejette une si grande partie de soi, pas vrai ? D’ailleurs, je me suis bien planté pour mon premier travail !
Mais j’ai fait un travail sur moi pour accepter cette sensibilité. Et j’ai décidé de me raconter une autre histoire, une histoire où cette sensibilité devient une force : c’est parce que je suis sensible que je peux vraiment bien comprendre et accompagner les personnes que je coache.
Et toi, quelles sont tes « 4 incisives en trop » ? Quelle partie de toi peux-tu transformer en force, parce que tu es le seul à être comme cela ? Quelle histoire peux-tu commencer à te raconter pour t’accepter comme tu es et en faire une force ? Plus tu t’accepteras comme tu es, et plus ta mission de vie se révélera à toi.

2. Don’t stop me now (Dépasser les « Il faut »)

Saviez-vous que, selon les standards de la radio, Bohemian Rapsody n’aurait jamais dû exister ? Cette musique dure 6 minutes… C’est-à-dire, 3 minutes en plus que ce que la radio accepte habituellement de diffuser.
Leur producteur de l’époque a catégoriquement refusé de publier cette musique. De plus, il la trouvait absurde « Scaramouche ? Galileo ? Mais qu’est-ce que vous avez en tête ? ». « Mixer du rock et de l’opéra ? Mais quelle idée ? ». De fait, quelle idée !
Queen aurait pu laisser tomber. Se conformer à la norme de la radio, faire « comme tout le monde ». Ils étaient déjà connus, ils auraient pu sortir une musique plus conforme de 3 minutes. Probablement que cela aurait marché. Ils auraient fait « comme tous les autres groupes » et auraient eu un résultat « comme tous les autres groupes ». Bohemian Rapsody n’aurait jamais existé, et probablement que plus personne aujourd’hui ne connaîtrait l’autre musique de 3 minutes.
Mais le groupe a tenu bon. Freddie Mercurry a fait appel à un ami animateur d’une émission de radio pour faire passer des extraits de sa musique, et finalement, les grandes radios ont accepté de diffuser Bohemiam Rapsodhy…
C’est le single qui a été le plus vendu au monde ! Cette musique a littéralement propulsé Queen dans la légende.
Pourquoi ? Parce qu’ils ont proposé quelques choses de différent. Faire de la bonne musique était plus important pour eux que se conformer aux normes de la radio. Surtout, ils ont osé prendre le risque de casser les codes. De proposer quelques choses qui leur tenaient vraiment à cœur.
Un peu comme pour la règle des 3 minutes de la radio, sur le marché du travail, on a l’impression qu’il y a plein de code, de norme, de « il faut » à respecter. Du nombre d’années idéal à rester dans la même boite pour le CV, de la carrière à tracer, du secteur d’activité lucratif à choisir…
Si on choisit sa fonction pour les autres, pour faire plaisir à sa famille, ou bien alors parce que “c’est le confort”, “ce qu’on a toujours fait”, “c’est ce que la société attend”… C’est un peu comme si Queen avait laissé tomber Bohemian Rapsody pour faire une musique normale de 3 minutes : ça fonctionne, mais il manque quelque chose.
Comme ce paraplui jaune, oses-tu montrer ta vraie couleur ?
On a souvent peur d’être différent, peur de faire trop de bruit, d’être trop extravagant, de dire ou de faire des choses qui ne vont ne pas être appréciées par tout le monde. Peur de ne pas être conforme à la norme, peur d’être soi-même en quelque sorte. Mais c’est justement en osant être soi-même, être différent, qu’on peut commencer à agir en fonction de soi. À marquer les autres, à leur apporter ce que seul nous pouvons leur apporter. À commencer à réaliser notre mission de vie.
Et toi, quelles sont tes 3 minutes en trop que tu aimerais faire écouter aux autres ? Quelles normes aujourd’hui t’empêchent d’avancer ? Quel « il faut » te contraint ? Comme pour Bohemian Rapsody qui a finalement été diffusé à la radio et fait un carton, ces « il faut » sont souvent bien plus dans notre tête que dans la réalité.
Tu as envie de te rapprocher de ta mission de vie, mais tu ne sais pas par où commencer ? Tu as du mal à savoir quels premiers pas faire dans ton emploi actuel ? J’ai créé un guide gratuit pour t’aider à identifier ce qui te dérange dans ton travail, et mettre en place les premiers changements pour te sentir mieux ! Intéressé ? Clic sur ce lien et découvre les changements dont tu as besoin en t’inscrivant à ma newsletter.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.